11
February

Pourquoi Euronews a choisi Brazzaville

Le groupe audiovisuel Euronews va lancer en 2015 Africanews, une filiale consacrée au continent africain. Après avoir sillonné l'Afrique, c'est au Congo-Brazzaville que l'ancien journaliste Stephen Smith a choisi d'implanter la nouvelle chaîne.

Depuis son bureau d’Écully, en France, Michael Peters, président du directoire d’Euronews, prend les paris : « Tout comme nous suivons l’actualité mondiale depuis la région lyonnaise, nous couvrirons bientôt, grâce à Africanews, tout le continent à partir de Brazzaville. » Le 27 janvier, la première chaîne européenne d’information en continu a annoncé la création, en 2015, d’une filiale consacrée à l’Afrique.

Promu à la tête du groupe en 2011, Michael Peters explique : « De plus en plus d’opérateurs, comme le bouquet sud-africain MultiChoice, nous sollicitaient pour que nous nous intéressions à l’Afrique, et nous n’avions rien à leur proposer. Ce projet s’est imposé comme une évidence. »

Rencontre

« Le Congo offre la stabilité politique nécessaire à ce type de projet », justifie Michael Peters

En 2010, une première tentative de création d’une chaîne continentale avait bien été initiée par Pier Luigi Malesani, l’ancien président du conseil de surveillance d’Euronews. Mais les appels du pied pour un rapprochement avec plusieurs institutions comme l’Union africaine étaient restés lettre morte.

Deux ans plus tard, la rencontre entre Michael Peters et le journaliste Stephen Smith, ancien responsable Afrique des quotidiens français Libération et Le Monde, convainc le patron de se saisir du dossier. Dans la plus grande discrétion, les deux hommes ont planché sur le projet de janvier à juin 2013.

Puis Stephen Smith est parti sillonner l’Afrique à la recherche d’un partenaire financier pour boucler le budget : environ 90 millions d’euros pour les six premières années (dont une de préparation au lancement).C’est finalement au Palais du peuple de Brazzaville que le journaliste, pourfendeur de la Françafrique et auteur, en 2003, d’un essai choc intitulé Négrologie, a trouvé le meilleur accueil.

Les détails du contrat n’ont pas été divulgués mais, en plus d’un soutien financier, Télé Congo et Euronews ont signé une sorte d’accord de siège. Brazzaville s’engage notamment, par l’intermédiaire de sa chaîne nationale, à fournir des locaux pour accueillir les 40 journalistes et techniciens de la future rédaction. « Le Congo offre la stabilité politique nécessaire à ce type de projet », justifie Michael Peters.

Vision

Quant à la ligne éditoriale, le patron franco-allemand assure qu’elle sera entièrement contrôlée par Euronews. « Le président Denis Sassou Nguesso en est conscient. Quand nous l’avons rencontré, nous lui avons tenu un discours de vérité. Et la présence de Stephen Smith à mes côtés était un argument de poids », insiste-t-il. « Nous sommes partisans d’un traitement indépendant de l’information, complète Bienvenu Okiémy, le ministre congolais de la Communication. Ce qui nous intéresse, c’est d’apporter pour la première fois une vision africaine de l’actualité du continent. »

Parallèlement, le Congo, en partenariat avec l’Unesco, ouvrira en 2015 un institut régional de formation des journalistes. Autant d’initiatives qui devraient aider le pays à améliorer sa position (76e sur 179) dans le classement de la liberté de la presse publié chaque année par Reporters sans frontières, et fournir au président Sassou Nguesso l’occasion de cultiver son image de médiateur des crises africaines.

Africanews devrait émettre en français et en anglais. La chaîne bénéficiera de tous les programmes d’Euronews, et réciproquement. Elle produira elle-même d’abord 30 % de ses contenus, avant de monter progressivement en puissance pour atteindre 70 % à l’horizon 2020. En plus du siège de Brazzaville, l’ouverture d’un ou deux bureaux régionaux devrait compléter le maillage du continent avant même le lancement de la chaîne.

 

source: http://www.jeuneafrique.com/12699/societe/pourquoi-euronews-a-choisi-brazzaville/

Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.